Abeilles / Agriculture et Pesticides

ABEILLES : POUR UNE ADOPTION IMMÉDIATE DE L’INTÉGRALITÉ DES LIGNES DIRECTRICES DE L’EFSA

Les 23 et 24 octobre 2018, les représentants des États membres de l’Union européenne se réunissent pour décider de l'avenir de protocoles de tests permettant de déterminer la toxicité des pesticides pour les abeilles. POLLINIS demande à la France de voter pour une adoption immédiate et complète des « tests abeilles » de l'EFSA.

CATÉGORIES :
Date : 23 octobre 2018

Lettre ouverte adressée par POLLINIS à la représentation de la France le 20 octobre 2018 :

Je me permets de vous écrire afin d’attirer votre attention sur l’échange de vues concernant les lignes directrices pour l’évaluation de l’impact des pesticides sur les abeilles, mises au point par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (l’EFSA), qui doit se tenir les 23 et 24 octobre 2018 au sein du SCoPAFF.

Ces lignes directrices ont été validées par l’EFSA en 2013. Depuis, des divergences entre les Etats Membres réunis au sein du SCoPAFF empêchent leur adoption par la Commission européenne. Dans l’attente d’une harmonisation européenne, certains Etats membres ont toutefois décidé de les appliquer.

Si l’Union européenne suit progressivement le positionnement de la France avec l’interdiction progressive des néonicotinoïdes, c’est grâce à l’utilisation faite par l’EFSA de ces lignes directrices, qui ont permis de mettre en évidence l’impact néfaste de l’imidaclopride, du thiaméthoxame et de la clothianidine sur les pollinisateurs. Cependant, d’autres substances également dangereuses pour les insectes pollinisateurs nécessiteraient d’être évaluées en suivant ces protocoles : des molécules anciennes, telles que la deltaméthrine, la cyperméthrine, le chlorpyrifos, ou nouvelles, telles que le sulfoxaflor, le cyantraniliprole et le flupyradifurone. Or, elles ont été ou sont en passe d’être autorisées selon un modèle d’évaluation du risque des pesticides sur les abeilles incomplet et obsolète. L’Union européenne doit adopter des standards rigoureux et uniformes d’évaluation du risque si elle veut réellement protéger les insectes pollinisateurs.

Les lignes directrices de l’EFSA – mais aussi les derniers protocoles publiés par l’OCDE et les tests en cours de validation – offrent des solutions qui doivent être mises en œuvre en urgence compte tenu des dernières données alarmantes sur la disparition des insectes.

La Commission européenne a prévu de publier d’ici la fin de l’année un plan de mise en œuvre des lignes directrices avec une adoption en plusieurs étapes (« stepwise approach »). Nous voudrions attirer votre attention sur l’énième retard qu’un tel calendrier risque d’engendrer pour l’adoption de ce document, déjà bloqué depuis cinq ans. Nous vous demandons donc de soutenir au sein du SCoPAFF une adoption immédiate et complète des lignes directrices de l’EFSA.

Convaincus que la protection des pollinisateurs fait partie de vos priorités, nous espérons que vous œuvrez pour une évaluation efficace et globale du risque posé par les pesticides.

Pour rappel, POLLINIS lutte depuis plus de six ans pour l’interdiction totale des pesticides tueurs d’abeilles en Europe et a rallié plus de 1,4 million de sympathisants à cette cause.

En vous remerciant pour votre temps et votre attention,

Bien à vous,

Clémentine Bonvarlet, Chargée de plaidoyer
Barbara Berardi Tadié, Directrice de Recherche
POLLINIS