Abeilles

ABEILLES, POUR VOTRE SANTÉ, MANGEZ LE POLLEN D’AU MOINS CINQ FLEURS PAR JOUR !

Des chercheurs de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) ont constaté que des abeilles nourries avec du pollen issu de plus de cinq espèces de plantes étaient plus résistantes aux maladies. Cette découverte pointe une nouvelle fois les effets délétères de l’agriculture intensive, privilégiant la monoculture et la disparition des haies.

CATÉGORIES :
Date : 21 juin 2012
abeille-fleur-pollen-pixabay-myriams-fotos

Les colonies d’abeilles déclinent depuis plusieurs années. L’une des hypothèses avancées serait l’ affaiblissement de leur système immunitaire, lié notamment à une alimentation appauvrie. Des chercheurs de l’INRA d’Avignon ont démontré dans une étude publiée en janvier 2010 l’importance de la variété des pollens sur la santé des abeilles.Lire l’étude de Cédric Alaux pour l’Inra d’Avignon « Diet effects on honeybee immunocompetence »,publié dans Biology Letters Afin de tester l’effet de la quantité de protéines fournies par le pollen et la diversité des pollens sur l’immunité et la santé des abeilles, des groupes de 80 abeilles ont été nourris avec du pollen issu d’une seule variété de fleur, et d’autres groupes avec du pollen de six fleurs différentes. L’expérience a été répétée sur 5 colonies différentes.

Les chercheurs ont constaté au bout de quelques semaines que les abeilles qui avaient le régime le plus varié, avec un mélange de pollen, avaient aussi un taux plus varié d’une enzyme particulière (la glucose oxidase). C’est grâce à cette enzyme que les abeilles fabriquent les produits antiseptiques (les « médicaments » naturels) que l’on retrouve dans l’alimentation des larves et dans le miel. Ces médicaments servent à stériliser l’alimentation de toute la colonie d’abeilles, et contribuent donc à la prévention des maladies à l’intérieur de la colonie.

Les abeilles nourries avec le pollen d’une seule fleur produisent moins d’antiseptique que celles nourries avec le pollen de plusieurs fleurs, et par conséquent la colonie devient plus sensible aux maladies.

Et plus intéressant encore, dans la même expérience, les chercheurs ont constaté que la biodiversité du pollen est plus importante en elle-même que sa teneur en protéines, pourtant indispensables au développement des jeunes larves. A taux de protéines égal, des pollens issus de cinq espèces différentes nourrissent mieux l’abeille que celui d’un seule espèce.

Une étude similaire réalisée sur l’alimentation des larves de bourdons a donné les mêmes résultatsL’étude sur le bourdon « Nutritive value of 15 single pollens and pollen mixes tested on larvae produced by bumblebee workers », publiée dans Apidologie.. Les larves nourries avec plusieurs pollens étaient plus grosses que celles ayant été nourries avec un seul pollen.

« Les résultats sont spectaculaires », assurent les chercheurs qui vont poursuivre leurs travaux pour identifier maintenant quel mélange de pollen est optimal pour développer l’immunité des abeilles.

abeille-fleur-pollen-pixabay-myriams-fotos

RÉTABLIR AU PLUS VITE UNE RICHE DIVERSITÉ NATURELLE

La constitution de jachères fleuries dans les grandes zones de monocultures, où l’on ne cultive qu’une seule variété de céréale, du blé ou du colza par exemple, est une des solutions généralement retenue pour obtenir une alimentation équilibrée pour les abeilles.

Mais ce n’est certainement pas la seule.

C’est surtout l’enrichissement du paysage agricole partout en France d’éléments semi-naturels, comme les haies, les bosquets ou les friches en bordure de champs, riches en fleurs de toutes sortes qui demeure la clé de cette alimentation diversifiée et d’une riche biodiversité.