Abeilles

CONSTITUTION D’UN GROUPE D’ÉTUDES SUR LES ABEILLES : POLLINIS REÇUE AU SÉNAT

Le 28 novembre 2012, le Délégué général et le chargé des relations avec les élus de POLLINIS ont été reçus par MM Alain Fauconnier, Sénateur de l’Aveyron, et Joël Labbé, Sénateur du Morbihan. Les sénateurs ont évoqué la possibilité de constituer un groupe d’études sur les abeilles au Sénat, et à l’Assemblée Nationale. Le temps presse pour les abeilles.

Date : 13 décembre 2012
POLLINIS-recu-au-senat

Alain Fauconnier et Joël Labbé l’ont bien compris, qui souhaitent monter le plus rapidement possible un groupe d’études sur les abeilles et la pollinisation, « pour accélérer la prise de conscience de leurs collègues du Sénat et de l’Assemblée et leur faire mieux appréhender l’importance des enjeux ».

POLLINIS-recu-au-senatLe réseau POLLINIS encourage vivement la mise en place d’un tel groupe qui pourrait voir le jour dès janvier 2013 . Nous avons d’ailleurs demandé à être auditionnés par les Sénateurs dès que le groupe sera officiellement constitué.

Les représentants de POLLINIS ont rappelé qu’après la mission commune d’information sur les pesticides du Sénat, le ministre de l’Agriculture, M. Le Foll, avait estimé que l’engagement de réduction de 50 % de l’usage des pesticides d’ici 2018, adopté lors du Grenelle de l’environnement, en 2007, était hors de portée, « sauf à accélérer un processus dans des conditions et dans des mesures que je n’imagine pas aujourd’hui ». Le plan Ecophyto 2018 de l’INRA est-il déjà enterré ?

Le marché des pesticides en France ne connaît pas la crise. Il a augmenté de 1,3 % en volume et de 5 % en chiffre d’affaires cette année. Une attitude courageuse et responsable de nos gouvernants serait salutaire. Car si l’on met en perspective l’augmentation de la toxicité des nouvelles molécules d’un facteur 5 000 à 7 000, ce n’est pas de 50 % qu’il faudrait en réduire l’usage… Faudra-t-il comme pour l’amiante attendre 50 ans avant de prendre les mesures qui s’imposent ?

Il est bon de répéter à tous les Français que seule l’agrochimie s’enrichit avec l’usage massif des pesticides. Le bras de fer avec l’agrochimie ne fait que commencer !