Néonicotinoïdes et Environnement : ce que dit la science

La biodiversité, ce n’est pas seulement un idéal citadin de fleurs colorées et de campagne en jachère avec quelques animaux paissant ici et là. La biodiversité, c’est surtout une série de services incroyables rendus par la nature, et qui bénéficient à l’Homme au quotidien à travers son agriculture. Pollinisation, nettoyage des eaux, des sols, de l’air, décomposition des déchets, régulation du climat… au total, les scientifiques chiffrent à 3000 milliards de dollars la valeur annuelle des services rendus par l’écosystème.

Mais aujourd’hui, cet équilibre est menacé. Non seulement par le remembrement des campagnes, l’arrachage des haies et la modification profonde de l’habitat naturel de milliers d’espèces pour favoriser l’agriculture intensive, mais surtout, et plus profondément, par l’utilisation massive et systématique des pesticides de la famille des néonicotinoïdes.

Ces derniers, qu’ils soient utilisés de façon foliaire (application aérienne) ou systémique (enrobage de la graine) polluent durablement les eaux et les sols. Ils font des ravages sur les populations d’invertébrés non ciblés (abeilles, coccinelles et scarabées, mollusques d’eau douce, vers de terre…) mais sont également une menace sérieuse pour les mammifères, les poissons et les oiseaux qui, s’ils ne périssent pas immédiatement du contact avec les néonicotinoïdes, souffrent de déficiences immunitaires, de malnutrition, de troubles de la reproduction et d’une perte de leur capacité cognitive.

Recommandation : Interdiction réelle et totale des pesticides néonicotinoïdes

  • Les conclusions présentées dans cette étude sont sans appel : les pesticides néonicotinoïdes présentent une menace sans précédent pour la biodiversité, et donc pour l’avenir de l’agriculture et la pérennité de l’environnement. Les autorités européennes en charge de la validation des substances à mettre sur le marché en Europe doivent prononcer immédiatement leur interdiction totale, et refuser tout compromis : le danger est trop grave.Aller vers une agriculture plus respectueuse de la biodiversité dont elle dépend
  • La majorité des services rendus par la nature à l’agriculture est irremplaçable, malgré les efforts de l’industrie agrochimique pour fabriquer des drones-abeille ou de nouveaux produits chimiques pour dépolluer les eaux contaminées par leurs produits chimiques précédents…
  • Il faut repenser l’agriculture intensive, et s’intéresser aux nombreuses études scientifiques et initiatives agricoles qui prouvent qu’on peut garder les mêmes rendements agricoles tout en respectant de la nature.


.Néonicotinoïdes et environnement – ce que dit la science :



Détérioration des écosystèmes


Effets indirects des néonicotinoïdes sur les écosystèmes


Toxicité directe envers les vertébrés