Nouveaux OGM : les ONG s’opposent aux velléités de dérégulation de la Commission

Un document de travail de la Commission européenne publié en avril 2021 met sur la table la question de la dérégulation des nouveaux OGM. Dans une lettre ouverte, une cinquantaine d'organisations en Europe, dont POLLINIS, s’opposent à cette proposition et détaillent les risques d’une telle déréglementation pour la santé et l’environnement.

Date : 7 octobre 2021

En avril 2021, la direction générale de la santé de la Commission européenne (DG SANTE) a publié un « document de travail » dans lequel elle estime que la réglementation européenne sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) est « inadaptée ».

Dans ce document, la Commission fait des suggestions qui pourraient conduire à une proposition de loi visant à exempter des exigences de la réglementation certaines plantes cultivées produites à l’aide de « nouvelles techniques génomiques » telles que l’édition de gènes. Une telle déréglementation pourrait signifier qu’il n’y aurait pas de contrôles de sécurité, d’étiquetage des OGM pour le consommateur, d’exigences de traçabilité ou de surveillance après la mise sur le marché.

Une cinquantaine d’organisations, dont POLLINIS, s’opposent aux propositions contenues dans le document de la Commission, au motif que la déréglementation des nouvelles techniques d’OGM poserait des risques inacceptables pour la santé humaine et animale et pour l’environnement. La déréglementation empêcherait également les citoyens de savoir ce qu’ils mangent et les agriculteurs de savoir ce qu’ils sèment. Les propositions de la Commission franchissent des lignes rouges en matière de biosécurité, de transparence de l’information et de protection des consommateurs et doivent être rejetées.

 


Cet article vous a intéressé ?

Pour aider POLLINIS dans son combat contre le forçage génétique, vous pouvez :

RESTER INFORMÉ ET PARTICIPER À NOS ACTIONS SUR CE THÈME