Agriculture et Pesticides

PROTECTION DES CULTURES – COMMENT PASSER DE L’AGROCHIMIE À L’AGROÉCOLOGIE ?

À l’heure où les agricultures du Nord se trouvent dans des impasses socio-économiques, environnementales ou sanitaires, au moment où la crise alimentaire dans les pays du Sud apparaît comme un défi majeur aux yeux du monde, comment concilier protection des cultures et durabilité sociale, économique et environnementale des agroécosystèmes ?

CATÉGORIES :
Date: 19 septembre 2014
Protection-des-cultures-de-lagrochimie-à-lagroécologie

Cet ouvrage, préfacé par Bernard Chevassus-au-Louis, retrace l’évolution des concepts et des pratiques de la protection des cultures en s’appuyant sur l’exemple de la culture cotonnière, souvent pionnière des innovations techniques. Il fait une analyse détaillée de la situation phytosanitaire actuelle, illustre les limites de la protection agrochimique et met en avant la nécessité de gérer les peuplements à l’échelle de l’agroécosystème, introduisant le concept d’agroécologie.

L’expérience et la complémentarité des auteurs, leurs connaissances en agronomie, écologie et protection des cultures, la rigueur de leur raisonnement scientifique donnent une profondeur à l’ouvrage qui vient combler un manque dans la littérature sur le sujet. Il s’agit d’un outil précieux, enrichi d’un glossaire ciblé, pour ceux qui souhaitent réfléchir à la manière de produire et protéger les cultures autrement : étudiants, praticiens, spécialistes de la protection des cultures, chercheurs et, peut-être plus encore, citoyens de nos sociétés du XXIe siècle.

Jean-Philippe Deguine est entomologiste et agréocologue au Cirad. Depuis 20 ans, il est responsable de programmes pluridisciplinaires de recherche en protection des cultures dans différents types d’agroécosystèmes (cotonniers et autres), notamment dans les pays du Sud. Il a également présidé le réseau européen IPM-Europe.

Pierre Ferron, ingénieur agronome, a fait carrière dans le domaine de la lutte biologique contre les insectes ravageurs des cultures. Secrétaire de la section ouest européenne de l’Organisation internationale de lutte biologique, puis chef du département de zoologie agricole de l’Inra, il a notamment initié la création, à Montpellier, d’un Centre de recherche en biologie et gestion des populations.

Derek Russell, entomologiste britannique du NRI, est en poste comme enseignant-chercheur à l’université de Melbourne en Australie ; fort de 30 années d’expérience, c’est un expert reconnu en protection des cultures (cotonnier en particulier), spécialement en Asie et en Afrique de l’Est.

Acheter « Protection des cultures – de l’agrochimie à l’agroécologie » en ligne