Agriculture et Pesticides

Des fongicides « sans impact sur l’environnement » vendus pour tuer les vers ?

Les fongicides SDHI sont utilisés à grande échelle dans les cultures. Alertée par des chercheurs sur leur dangerosité, l'Anses proclame qu'il «  n'existe pas de données indiquant un impact de ces fongicides sur des organismes dans l'environnement  ». Pourtant certains SDHI sont également commercialisés pour tuer les nématodes, les petits vers des sols.

CATÉGORIES :
Date : 23 septembre 2019

Vendus pour détruire les champignons, les fongicides SDHI tuent par asphyxie. Ces molécules de la famille des carboxamides ont un mode d’action très spécifique : elles bloquent une enzyme essentielle pour la respiration des cellules, la SDH.

Découvrant l’existence de ces fongicides en 2017, des chercheurs de l’InsermInstitut national de la santé et de la recherche médicale, spécialistes de la respiration cellulaire, ont décidé de les tester en laboratoire, sachant que la SDH n’existe pas uniquement chez les champignons mais qu’elle est présente dans les cellules de quasiment tous les êtres vivants. Ils se sont aperçus que ces molécules pouvaient effectivement asphyxier les cellules humaines et celles des vers de terre.

Ils ont alors tenté d’alerter l’Anses, l’Autorité sanitaire française, sur les risques posés par ces produits pour la santé et la biodiversité. Les SDHI n’étant pas spécifiques aux champignons, ils pourraient affecter un grand nombre d’espèces.

Pas d’impact sur l’environnement ?

En janvier 2019, l’Anses a émis un avis rassurant, indiquant qu’il n’y avait pas lieu d’appliquer le principe de précaution. En juillet dernier, l’Agence sanitaire a réaffirmé sa position, expliquant notamment qu’ « il n’existe pas de données indiquant un impact de ces fongicides sur des organismes dans l’environnement. »

Pourtant, ces substances SDHI ne sont pas vendues sur le marché uniquement en tant que fongicides. Dans son catalogue, Bayer vante ainsi l’efficacité de son produit Velum PrimeBayerNotice du Velum Prime , qui contient du fluopyram, « SDHI novateur », et qui est destiné à éliminer « un large éventail de nématodes », petits vers ronds microscopiques des sols dont il existe au moins 25 000 espèces connues.

Certains nématodes sont nuisibles aux cultures, comme les phytophages, qui s’introduisent dans les racines des plantes. Mais d’autres espèces sont particulièrement utiles : elles parasitent des insectes ravageurs ou se nourrissent, comme les saprophytes, de matière organique en décomposition, participant ainsi à la vie des sols.

Bayer publicite Velum nematodes

Extrait d’une publicité de Bayer pour le Velum, un produit qui contient le SDHI fluopyram et qui est destiné à éliminer « un large éventail de nématodes ».

« La mort survient peu de temps après »

Sur le site de BayerBayerCrop Science, UK, le mode d’action du Velum est détaillé : « C’est le premier nématicide à agir en inhibant la chaîne respiratoire ». Une fois leur respiration cellulaire bloquée, « les nématodes traités sont rapidement paralysés » et « la mort survient peu de temps après ». Il s’agit donc bien du mécanisme redouté par les chercheurs qui ont lancé l’alerte : l’inhibition de l’enzyme SDH, qui va entrainer le blocage de la respiration des cellules.

Autre produit de Bayer, Indemnify est vendu pour détruire les nématodes dans les terrains de golf, de sport, et les pelouses : il contient également le SDHI fluopyram, « ingrédient actif qui représente un nouveau mode d’action pour le contrôle à large spectre des nématodes »BayerTurf & Ornamentals Management, US. Pesticide systémique, il se répand dans la plante au fur et à mesure de sa croissance. Sa notice indique aussi que le fluopyram a causé, à des doses élevées, une incidence accrue de tumeurs du foie chez le rat, et une incidence accrue de tumeurs de la thyroïde chez la souris.

Un mode d’action extrêmement puissant

Quant au fabricant de pesticides Syngenta, il annonce la sortie en 2020 de son nouveau produit en traitement de semence du soja, le Saltro, destiné à lutter à la fois contre les champignons et les nématodesSeedWorld, 6 septembre 2019 : Syngenta Introduces New Seed Treatment for Sudden Death Syndrome Protection. Récemment homologué aux Etats-Unis, le Saltro contient du pydiflumetofen, un « fongicide révolutionnaire », selon Syngenta, considéré comme « le fongicide de la prochaine génération », un « SDHI au mode d’action extrêmement puissant », qui « surpasse les produits chimiques plus anciens »Voir AdepidynSyngenta.

D’après la notice du Saltro, ce produit provoque des tumeurs du foie chez les souris testéesSyngentaSafety Data Sheet for Saltro. Le pydiflumetofen est aussi classé comme hautement toxique pour les poissons, les invertébrés aquatiques et les larves d’abeilles mellifères par exposition aiguëDepartment of Agriculture (USA)Fiche produit. Cette molécule est en cours d’homologation en Europe.

Ces SDHI ont donc des effets destructeurs avérés bien au-delà des champignons. Les effets sur les nématodes ont été étudiés par l’industrie et homologués par les Autorités sanitaires de divers pays où ces produits sont vendus. Dont la France, où le Velum prime de Bayer a été autorisé en avril 2016 par l’Anses, et est bien vendu comme « nématicide et fongicide »Catalogue des produits phytopharmaceutiques autorisés en FranceVelum Prime- Bayer.