Agriculture et Pesticides

POLLINIS demande le renforcement des tests abeilles

POLLINIS a soumis à l’EFSA un argumentaire détaillé pour renforcer la procédure d'évaluation de la toxicité des pesticides pour les abeilles mellifères, les bourdons et les abeilles solitaires. Ces propositions permettraient de rendre plus protectrice cette évaluation, qui a été considérablement affaiblie depuis la version publiée en 2013 et jamais adoptée.

Date : 19 octobre 2022

La refonte des « tests abeilles » initiée en 2019 est entrée dans la dernière ligne droite. Alors que ces nouveaux protocoles scientifiques d’évaluation de la toxicité des pesticides doivent permettre d’écarter les substances les plus toxiques pour les abeilles mellifères, les bourdons et les abeilles solitaires, la dernière version du texte présente de nombreuses lacunes dénoncées par POLLINIS, et quelques rares avancées. 

POLLINIS a donc envoyé, le 3 octobre, une liste détaillée de propositions dans le cadre d’une consultation publique organisée par l’Agence sanitaire européenne (EFSA). Afin de mieux évaluer l’impact des pesticides sur les abeilles mellifères, POLLINIS propose : 

  • D’évaluer dès à présent les effets des mélanges de pesticides, herbicides et insecticides utilisés pendant les épandages, ainsi que les combinaisons les plus courantes qui se retrouvent dans l’environnement, dans l’attente de moyens scientifiques permettant d’évaluer l’ensemble des effets cocktails ; 
  • D’inclure dans l’évaluation d’autres sources de contamination que le nectar ou le pollen (eau de guttation, nectar extra-floral, résine, etc.) ;
  • D’inclure des tests supplémentaires pour renforcer l’évaluation des effets sublétaux, Ne comportant pas une mortalité immédiate, mais des effets à long terme sur la survie des colonies (baisse de la capacité de reproduction, de la durée de vie, de la réponse immunitaire, altération du sens de l’orientation, du comportement alimentaire, etc.) sur les abeilles.

L’association a également listé des propositions spécifiques pour renforcer l’évaluation du risque pour les abeilles solitaires et les bourdons, qui ne disposent pas des même mécanismes de résilience propres aux grandes colonies d’abeilles mellifères et ne sont pas protégés par des objectifs spécifiques :

  • Rendre obligatoire l’évaluation en laboratoire des effets létaux, sublétaux, chroniques et de toxicité cumulée des pesticides sur les bourdons et les abeilles solitaires ; 
  • Évaluer l’exposition aux pesticides dans les sols et les matériaux de nidification pour les abeilles solitaires terricoles.

Nombre de ces protocoles n’ont pas été inclus dans les « tests abeilles », faute de validation par l’OCDE, responsable des lignes directrices sur les tests de produits chimiques au niveau international. Alors que les populations de pollinisateurs déclinent à un rythme sans précédent, l’EFSA doit inclure ces protocoles non-validés, mais disponibles, afin de garantir une véritable évaluation de la toxicité des pesticides. 

« Alors que l’OCDE prend en moyenne 15 ans pour valider les protocoles de tests, l’EFSA ne doit pas attendre pour mettre en place les moyens existants. L’extinction en cours va plus vite que les procédures de validation de tests », prévient Barbara Berardi, directrice de la recherche chez POLLINIS.

Les propositions de POLLINIS doivent être évaluées par l’EFSA, qui décidera ou non de les inclure dans la version finale des « tests abeilles », dont l’adoption pourrait avoir lieu avant l’été 2023. 


Pour soutenir l’action de POLLINIS en faveur d’une meilleure évaluation de la toxicité des pesticides pour les pollinisateurs, vous pouvez :

FAIRE UN DON

RESTER INFORMÉ ET PARTICIPER À NOS ACTIONS