Abeilles / Agriculture et Pesticides

Réflexion citoyenne sur les nouvelles technologies et l’agriculture

Avec Sciences Citoyennes et la Confédération Paysanne, POLLINIS organise en France « Quelle voie suivre ? », un cercle de réflexion et d’échanges sur les bouleversements engendrés par les nouvelles technologies appliquées à l’agriculture. Cette initiative est orchestrée par l’ETC Group, qui mène ce type d'expérience sur les cinq continents.

CATÉGORIES :
Date : 5 février 2021

High-tech, big data, biotechnologies, forçage génétique… Alors que l’expansion des nouvelles technologies est en passe de révolutionner l’agriculture, la grande majorité des citoyens, des responsables politiques et des associations environnementales ignorent encore les multiples facettes de ce phénomène qui touche pourtant à la souveraineté alimentaire et va bouleverser le rapport culturel, philosophique et éthique à la terre et au vivant.

Pour réfléchir à ces articulations complexes entre agriculture et nouvelles technologies, un cercle de réflexion et de partage des savoirs intitulé « Quelle voie suivre ? », (« Which way forward? » en anglais) est actuellement organisé en France avec l’appui de POLLINIS, de l’association Sciences Citoyennes et du syndicat Confédération Paysanne.

Laboratoire d’idées

Ce laboratoire d’idées est une initiative de l’ETC GroupAction Group on Erosion, Technology and Concentration., une organisation indépendante qui surveille l’impact des technologies émergentes et des stratégies d’entreprise sur la biodiversité, l’agriculture et les ressources humaines. Son objectif est de s’assurer que sciences et technologies contribuent au bien commun.

« De nombreuses technologies liées à notre système agricole sont actuellement développées par de grandes entreprises, avec le soutien de gouvernements, constate le biologiste Tom Wakeford, directeur Europe d’ETC. Les promoteurs de ces technologies mettent l’accent sur leurs avantages potentiels mais il est clair que les nouvelles technologies présentent aussi de sérieux risques pour les personnes et l’environnement. Il y a un besoin urgent de dialogue sur la nécessité de les réglementer, voire même de stopper leur mise en œuvre. »

Pistes de réflexions et solutions alternatives

L’ETC Group a déjà mené des cercles de réflexion et de partage des savoirs « Quelle voie suivre ? » en Amérique du Sud, en Afrique et en Europe. En France, un panel de dix personnes issues d’organisations agricoles, d’entreprises, d’associations de consommateurs et d’ONG a été constitué. Il se réunit régulièrement (et virtuellement) depuis le début du mois de février pour une demi-douzaine d’ateliers.

Chaque atelier sera animé par deux commentateurs – scientifiques, philosophes, spécialistes des nouvelles technologies ou du système alimentaire… – qui présenteront pendant vingt minutes chacun les thèmes du jour et initieront la discussion : pendant une demi-heure, le panel pourra poser des questions et débattre.

Ces discussions seront axées sur les solutions technologiques appliquées à l’agriculture et la biodiversité, mais aussi sur les crises actuelles du système alimentaire et le risque de les voir s’aggraver par le développement non réglementé des nouvelles technologies et les intérêts privés des entreprises. Il sera question de l’approvisionnement en nourriture, de brevetage du vivant, ou encore du contrôle des données.

« J’ai hâte d’avoir le retour des participants sur ces questions complexes. Ce laboratoire d’idées va affûter notre réflexion, explique Nicolas Laarman. Pour POLLINIS, ce sera aussi l’occasion de rappeler que ces sujets – qui touchent la façon dont nous nous nourrissons et notre rapport au vivant – concernent les citoyens en premier lieu et qu’ils doivent être partie prenante des débats. »

A l’issue de ces ateliers, un rapport reprendra les pistes de réflexions et les alternatives évoquées, qui devraient inspirer les politiques publiques. Pour tous les participants, cette expérience et ce document devraient dessiner des pistes pour l’avenir de l’agriculture, le bien-être des agriculteurs et des citoyens.