Abeilles / Agriculture et Pesticides / Pollinisateurs Sauvages

Révision des « tests abeilles » : POLLINIS expose ses craintes à la table ronde de l’EFSA

Date : 26 mai 2020

Lors d’une table ronde organisée par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (l’EFSA) avec les ONG parties prenantes, POLLINIS a présenté un exposé sur les risques liés à la révision en cours des « tests abeilles », que l’agrochimie tente d’influencer. Cette présentation s’est déroulée en ligne le 26 mai 2020, devant les représentants de l’EFSA, de la Commission européenne (DG SANTE), et aux côtés de 15 autres ONG et organisations de consommateurs.

L’objectif pour POLLINIS était de présenter, du point de vue de la société civile, les potentielles opportunités et les préoccupations majeures concernant la révision du document d’orientation de l’EFSA sur l’évaluation des risques liés aux produits phytosanitaires pour les abeilles domestiques, les bourdons et les pollinisateurs sauvages (EFSA Bee Guidance Document, BGD).

POLLINIS a tout d’abord expliqué les raisons à l’origine du blocage de l’adoption du document depuis 2013 et a examiné les points de révision mentionnés dans le mandat adressé à l’EFSA par la Commission européenne en 2018. Documents à l’appui, POLLINIS a montré que la révision du BGD se justifie moins par un besoin scientifique que politique en soulignant les similarités entre les points de révision du mandat et ceux demandés par l’industrie et certains États membres.

POLLINIS a rappelé l’absolue nécessité d’adopter les lignes directrices de 2013 qui, malgré d’importants manquements, constituent néanmoins une avancée majeure pour la protection des pollinisateurs.

Idéalement, une approche globale d’évaluation des risques intègrerait à la fois les dimensions temporelles et spatiales de l’exposition aux pesticides, la variabilité entre les espèces (liée aux différences de cycles biologiques, de niveaux d’exposition et de sensibilités), ainsi qu’un ensemble de tests déjà (ou très bientôt) disponibles portant sur la toxicité chronique de longue durée, les effets sublétaux et les effets liés à la co-exposition (effets synergiques et cumulatifs des combinaisons les plus courantes, incluant les co-formulants). Ces potentielles améliorations du document révisé sont appuyées par la littérature académique mais n’ont cependant pas été incluses dans le mandat.

Les dangers d’une révision pilotée par l’industrie phytopharmaceutiques ont été mis en avant, notamment s’agissant de la modification potentielle des niveaux de protection tels qu’ils sont actuellement définis et des outils utilisés pour les établir. POLLINIS demande à l’EFSA de choisir des hypothèses et des approches protectrices, intégratives des incertitudes, en particulier concernant l’évaluation de la mortalité naturelle, les facteurs d’évaluation (pour l’évaluation sur les bourdons et les abeilles solitaires) et les valeurs de déclenchement (décisives pour évaluer le risque d’une substance active) aboutissant à la définition des niveaux de protection.

Une attention particulière est portée au choix des outils, notamment de modélisation, qui devrait faire d’un processus transparent et intégratif de l’ensemble des acteurs, y compris académiques et de la société civile.

En tant que partie prenante représentante de la société civile sur la question spécifique de la révision du BGD, POLLINIS participe aux différentes étapes du processus en soumettant des commentaires techniques tout au long de l’année au gré des sollicitations de l’EFSA. Le document révisé sera publié en mars 2021.