Agriculture et Pesticides

23 nouvelles caustiques pour alerter sur l’extinction des espèces sauvages

Dans un recueil de 23 nouvelles paru cet été, Philippe Guerlet aborde par le biais de l'humour les menaces qui pèsent sur les animaux sauvages. Un des chapitres, consacré au retour des néonicotinoïdes en France, met en scène de façon désopilante les artisans de ce grave retour en arrière environnemental, et offre une tribune à POLLINIS pour rappeler les dangers de ces pesticides.

CATÉGORIES :
Date : 5 octobre 2021
tribulations

« J’ai pris le parti de sensibiliser à travers l’humour », raconte Philippe Guerlet, « donner à voir le côté sombre a parfois tendance à nous faire détourner le regard. » En prenant le parti de la dérision, l’auteur des Tribulations d’un réensauvageur contrarié met en scène les péripéties de Théo, un jeune éco-activiste confronté à diverses situations réelles de maltraitance animale, qui entend les dénoncer par des actions militantes très inventives.

Dans ce recueil de 23 nouvelles courtes et incisives l’auteur réalise un tour d’horizon des exactions humaines à l’encontre du monde animal qui se perpétuent encore aujourd’hui, en France ou ailleurs  : chasse d’oiseaux à la glu, pêche électrique, massacre traditionnel de dauphins, trafic d’espèces sauvages, pesticides destructeurs, cobayes de laboratoire…

Armé d’une plume au vitriol, l’auteur décrit avec une ironie grinçante les perpétrateurs de violences envers les animaux. Et prend un malin plaisir à imaginer des scènes comiques pour les tourner en dérision. Ainsi, dans un chapitre abordant la réautorisation des pesticides néonicotinoïdes en France, Philippe Guerlet met en scène une directrice du syndicat des fabricants de pesticides, des industriels de l’agrochimie, un ministre de l’agriculture et une start-up développant des drones pollinisateurs. Cette panoplie de personnage à la fois réaliste et cocasse reçoit des trophées de la part d’une « Amicale des Tueurs de pollinisateurs », qui récompense les meilleurs tueurs d’abeille.

Si la prose des « tribulations » reste légère, le livre n’en est pas moins engagé. À la fin de chaque nouvelle,  l’auteur qui se décrit comme « sensible depuis toujours à la cause animale » a choisi de donner la parole à une ONG militante sur le sujet traité, par le biais d’une tribune qui apporte un éclairage sur la réalité des faits. « Il y a un vrai manque d’informations. Les gens n’ont pas conscience de la disparition des pollinisateurs et des enjeux dramatiques qu’il y a derrière, pour l’agriculture, pour la pollinisation, pour la planète toute entière », explique l’auteur. Ainsi, POLLINIS a clôturé le chapitre sur les néonicotinoïdes par une tribune rappelant la dangerosité de ces pesticides, « tueurs d’abeilles qui contaminent les cours d’eau et les nappes phréatiques, les sols et les poussières de façon incontrôlable, parfois pendant plusieurs années », et dénonce « le protocole d’homologation des pesticides défaillant, incomplet et obsolète ».

Pour Philippe Guerlet, ce livre est un nouveau moyen original d’alerter sur l’extinction de masse des espèces. Une mission à laquelle il s’est déjà adonné lorsqu’il a créé, en 2014 un portail d’information sur la faune sauvage, qu’il coanime bénévolement avec Jean-Baptiste Dumond, ancien président de WWF. « Je me suis rendu compte que le grand public n’était pas forcément au fait de l’urgence de la situation… En plus du site, j’ai donc choisi d’écrire ce livre, en regroupant les menaces qui pèsent sur la faune sauvage ».

La notion de « réensauvagement » que l’on retrouve dans le titre consiste « soit à réimplanter des espèces animales disparues ou menacées dans une zone déterminée, soit à abandonner des territoires à la nature afin qu’ils retrouvent les dynamiques qui étaient les leurs avant l’arrivée des humains », explique Philippe Guerlet. Ses « tribulations » sont donc aussi un appel indirect à rendre à la nature son caractère sauvage.