fbpx

Agriculture et Pesticides

À la COP15, POLLINIS défend les abeilles face aux menaces biotechnologiques

En décembre, POLLINIS s’est rendue à Montréal pour la COP15 afin d’alerter les décideurs sur les risques des biotechnologies génétiques pour les pollinisateurs. Sa présence, aux côtés d'autres ONG, a été indispensable pour mener un contre-lobbying citoyen face à la présence massive de l'industrie agrochimique.

CATÉGORIES :
Date : 20 décembre 2022

La question des biotechnologies génétiques et de leur encadrement dans l’accord mondial adopté à la 15e conférence mondiale pour la biodiversité (COP15) a fait l’objet de négociations serrées entre les représentants des pays du monde entier rassemblés du 7 au 19 décembre à Montréal.

Afin de porter la voix des citoyens opposés à la dissémination de ces biotechnologies génétiques dans la nature, POLLINIS s’est rendue à la COP15, où son équipe a lancé l’alerte auprès des décideurs et des médias sur les risques qu’elles impliquent pour les pollinisateurs et l’ensemble de la biodiversité.

L’ONG s’est appuyée sur sa pétition demandant un moratoire mondial sur le sujet, ce qui lui a permis d’arriver dans ce forum international forte du soutien des dizaines de milliers de personnes signataires.

Photo conférence de presse POLLINIS COP15 défense des pollinisateurs contre les biotechnologies génétiques
POLLINIS a organisé une conférence de presse à la COP15, pour présenter l’appel de scientifiques, experts et organisations pour la défense des pollinisateurs face aux biotechnologies génétiques.

Cette campagne d’alerte s’est appuyée sur un appel international soutenu par plus de 100 scientifiques, experts et organisations, que POLLINIS a présenté à Montréal lors d’une conférence de presse, aux côtés de plusieurs organisations de défense de l’environnement (Friend of the Earth US, ETC Group, Save Our Seeds) et scientifiques de renommée mondiale (Dr Lucas Garibalidi et Dr Ricarda Steinbrecher).

Cet appel, qui demande aux dirigeants mondiaux d’empêcher la diffusion dans la nature des nouvelles biotechnologies génétiques et l’application du principe de précaution a été repris dans de nombreux médias en France, au Brésil, au Canada ou encore en Bulgarie.

 

Pour alerter le plus largement possible sur les risques potentiels des biotechnologies génétiques pour les pollinisateurs, POLLINIS a également uni ses forces à celles de plus de 80 ONG réunies au sein de la CBD Alliance, parmi lesquelles cinq ont signé l’appel. Cette vaste coalition a, le 7 décembre, prononcé un discours d’ouverture soulignant l’importance des négociations à venir, notamment sur le pan des biotechnologies.

Sa porte-parole Simangele Msweli-Ratsoana a insisté sur l’importance d’évoluer « vers des systèmes alimentaires durables, l’agroécologie en particulier », tout en rejetant « le modèle agro-industriel actuel qui implique des biotechnologies risquées, des apports élevés de pesticides et d’engrais et menace les moyens de subsistance, les pollinisateurs, le sol et d’autres espèces ».

Photo conférence de presse POLLINIS COP15 défense des pollinisateurs contre les biotechnologies génétiques
POLLINIS s’est rendu à la COP15 pour y défendre les pollinisateurs face aux biotechnologies génétiques. Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU a tenu un discours alarmiste sur l’état de la biodiversité dans le monde lors de la cérémonie d’ouverture

Cette présence coordonnée des ONG est indispensable pour faire entendre aux décideurs la voix des citoyens et contrebalancer les lobbys industriels omniprésents à la COP15. POLLINIS a ainsi pu prendre part au suivi des négociations et obtenir, aux côtés de la CBDA, des avancées sur certains objectifs clés du cadre mondial pour la biodiversité, notamment à travers la mention de l’agroécologie comme l’une des solutions à développer dans le cadre d’une gestion durable de l’agriculture (cible 10).

Pour autant, le poids considérable des lobbys, notamment au sein des délégations nationales, a permis aux intérêts de l’agrochimie de prédominer dans les négociations sur les biotechnologies génétiques et leur encadrement.

« Les représentants de l’industrie étaient aussi bien présents dans les délégations des nations que dans les événements organisés dans l’enceinte de la COP en parallèle des négociations. Sur la question des biotechnologies génétiques, certains de ces évènements ont visé à en faire la promotion en omettant totalement les risques qu’elles représentent pour la biodiversité », explique Vanessa Mermet, directrice de la mobilisation de POLLINIS.

Face aux forces déployées par les lobbys de l’agrochimie pour imposer leurs nouvelles technologies génétiques au sein des instances internationales, POLLINIS continue de se mobiliser et d’appeler à l’organisation d’un moratoire mondial pour empêcher leur diffusion dans la nature.

Signez la pétition