BIOTECHNOLOGIES GÉNÉTIQUES : MENACES IMMINENTES SUR LA BIODIVERSITÉ

Le contexte

La conception de nouvelles technologies d’édition du génome ces dernières années a donné un nouvel élan au secteur de la manipulation génétique, soumis en Europe au cadre règlementaire de 2001 pour les OGM. La technique la plus utilisée est CRISPR-Cas9 2,  des « ciseaux biomoléculaires » développés en 20123, qui permettent d’ajouter ou de supprimer des gènes 4 dans l’ADN. Peu onéreuse et simple d’utilisation, cette technique a ouvert de nouveaux champs des possibles, où se sont engouffrées les firmes de biotechnologies.

Pour le secteur agricole, l’ingénierie génétique est ainsi présentée comme l’outil du futur. Les laboratoires ont conçu de nouvelles applications afin de modifier dans un premier temps les plantes et les semences, mais aussi les micro-organismes et les insectes. Les expérimentations sur ces animaux OGM sont déjà en cours, comme celles de la start-up britannique Oxitec qui a mené plusieurs tests en plein champ sur des papillons  génétiquement modifiés dont les larves femelles meurent après leur éclosion5.

L’outil génétique est également expérimenté pour « optimiser » les insectes auxiliaires, tels que les pollinisateurs, afin notamment de les adapter aux pesticides. Un brevet a ainsi été déposé par des chercheurs de l’université du Texas pour modifier le microbiote de l’abeille. 

Lire la suite
Le problème

Les firmes de biotechnologie présentent les végétaux modifiés avec Crispr-Cas 9 comme étant sans danger, car soi-disant identiques à ceux produits par la sélection naturelle. La recherche a pourtant montré que cela est loin d’être le cas. Les impacts de ces nouveaux OGM  sur les écosystèmes sont encore mal connus, et potentiellement dramatiques. Une étude a montré par exemple que des transferts horizontaux de gènes entre plantes et insectes pouvaient se produire, une espèce de mouche a ainsi subi une mutation génétique, en acquérant un gène présent chez les plantes7.

La technique Crispr-Cas 9 manque par ailleurs de précision, provoquant notamment des effets « hors cibles », des coupures imprévues du génome au niveau de séquences qui n’étaient pas ciblées. Des altérations génétiques involontaires peuvent aussi survenir sur la cible. Quant aux modifications intentionnelles, elles pourraient également se montrer problématiques en termes de sécurité alimentaire et de biodiversité.

La dissémination des organismes issus du forçage génétique fait, elle, encourir des risques d’une ampleur considérable, tels que la modification irréversible d’espèces et de pans entiers de la biodiversité, l’éradication de certaines populations animales, des déséquilibres dans les écosystèmes et les chaînes alimentaires, l’émergence de nouveaux pathogènes, la prolifération de nouveaux ravageurs….

Lire la suite
Les solutions

Face au lobbying intense des entreprises de biotechnologies pour déréglementer les nouveaux OGM, un nouveau cadre juridique européen pour les plantes obtenues par mutagenèse ciblée et cisgenèse est à l’étude.

La Commission européenne a lancé la première étape de cette initiative à l’automne 2021 par un appel à contribution, auquel  POLLINIS a participé en alertant sur les risques qu’entraînerait une  dérégulation et rappelé que les nouveaux OGM doivent rester soumis à une évaluation des risques sanitaires et environnementaux, ainsi qu’à des exigences de traçabilité et d’étiquetage, conformément au principe de précaution.

L’exécutif européen doit adopter une position de fermeté et interdire tout assouplissement du cadre juridique en vigueur. Ces nouvelles techniques risquent en effet de transformer la nature en un laboratoire d’expérimentation génétique hors de contrôle. Plutôt que d’investir dans ces biotechnologies potentiellement désastreuses pour la biodiversité, des solutions sûres et maîtrisées existent, telles que l’agroécologie.

Concernant le forçage génétique, un moratoire international est urgent pour éviter la dissémination dans la nature d’organismes issus de cette technique. La Commission européenne doit prendre en considération les risques environnementaux considérables que font courir ces organismes.

Lire la suite

à la une

Toutes nos Actus sur ce thème
10 octobre 2022

POLLINIS et 37 autres organisations demandent à la Commission européenne de reprendre le processus d’évaluation de la réglementation européenne concernant la mise sur le marché des OGM , qui a jusqu’ici relayé les arguments de l’agrochimie.

3 octobre 2022

POLLINIS et 40 associations alertent sur l’opacité des négociations de la COP 15 biodiversité, où doivent se décider les objectifs internationaux de protection de la biodiversité d’ici 2030.

22 juillet 2022

POLLINIS participe à la consultation publique de la Commission européenne sur le future cadre européen applicable aux plantes OGM.

4 avril 2022

POLLINIS lance une pétition aux côtés de 26 organisations contre l’autorisation des nouveaux OGM en Europe.

11 février 2022

POLLINIS, aux côtés de plus de 80 organisations réclame à la Commission européenne une suspension de l’initiative de réforme de la législation européenne sur les OGM.

22 octobre 2021

POLLINIS participe à l’appel à contribution de la Commission européenne sur les nouvelles techniques génomiques. L’association met en garde contre l’assouplissement des règles envisagé par Bruxelles.

10 septembre 2021

Au Congrès mondial de l’UICN, plusieurs organisations, dont POLLINIS, parviennent à imposer  le principe de précaution dans une motion controversée sur la biologie de synthèse au service  de la conservation du vivant.

31 mars 2021

Inquiètes du lobbying des biotechnologies, 162 organisations dont POLLINIS demandent dans une lettre à la Commission européenne le maintien de l’encadrement strict des nouvelles générations d’organismes génétiquement modifiés.

27 janvier 2021

Un sondage européen commandé par POLLINIS et huit autres ONG montre que les Européens s’opposent à la dissémination dans la nature d’organismes issus du forçage génétique.

12 octobre 2021

POLLINIS demande au gouvernement français d’interdire la dissémination dans la nature d’OGM issus du forçage génétique.

21 septembre 2021

POLLINIS adresse avec 15 organisations une lettre ouverte au président de la République, demandant l’interdiction de la production, de l’utilisation et de la dissémination de tout OGM issu du forçage génétique.

22 juillet 2021

POLLINIS cosigne avec 15 organisations une lettre ouverte au premier ministre Jean Castex demandant l’interdiction de la production, de l’utilisation et de la dissémination de tout OGM issu du forçage génétique.

30 juin 2021

78 associations dont POLLINIS demandent dans une lettre ouverte à la Commission d’interdire en Europe et dans le monde la dissémination de tout organisme génétiquement modifié issu du forçage génétique.

12/05/2021

POLLINIS et douze organisations réclament la plus grande prudence quant à l’utilisation des nouvelles techniques de manipulation génétique du vivant, dans le cadre d’une consultation de la Commission européenne.