« Tests abeilles » : première victoire ! Le Parlement européen recadre la Commission

Alors que la Commission européenne a fait passer cet été un texte voulu par les firmes de l’agrochimie qui enterrait les principaux « tests abeilles », POLLINIS a réussi à mobiliser les parlementaires pour sauver ces protocoles qui pourraient empêcher la présence de pesticides tueurs d'abeilles sur le marché et dans nos champs.

CATÉGORIES :
Date : 5 novembre 2019

Le 23 octobre dernier, les eurodéputés réunis en séance plénière ont décidé de s’opposer au projet de règlement de la Commission européenne qui cherchait à limiter l’application des « tests abeilles », ces protocoles indispensables pour pourvoir déterminer enfin la toxicité réelle des pesticides sur les pollinisateurs avant leur mise sur le marché. « Les députés européens ont pris la mesure du scandale qui se joue autour de l’homologation des pesticides, se réjouit Nicolas Laarman, délégué général de POLLINIS. C’est l’avenir du vivant et le processus démocratique européen qui sont en jeu ».

Abeille sur fleur de Buddleia

Les députés européens ont pris la mesure du scandale qui se joue autour de l’homologation des pesticides : leur véto ouvre la voie d’une réelle protection des pollinisateurs face à ces poisons.
©Philetdom / AdobeStock

Les lobbys entre opacité et sabotage

Pour rappel, les « tests abeilles » ont été établis par l’autorité sanitaire européenne (EFSA) en 2013 afin de pallier les graves et nombreuses lacunes du système actuel d’homologation qui permet que des pesticides qui déciment les insectes comme les abeilles et les pollinisateurs sauvages soient homologués.

Depuis six ans, avec la complicité de certains États membres et de la Commission européenne, l’agrochimie essaie de bloquer dans l’opacité la plus totale la mise en œuvre de ces protocoles capables d’enrayer le déclin des pollinisateurs.

Une première victoire !

En juillet dernier, le SCoPAFF, un comité réunissant la Commission européenne et les États membres, a ainsi voté un texte accédant aux demandes de l’industrie agrochimique, qui renvoie aux calendes grecques des tests-clés qui permettraient d’évaluer par exemple la toxicité  chronique des pesticides, et leur impact sur les larves, les abeilles sauvages et les bourdons… C’est à ce texte scandaleux que les députés européens viennent de s’opposer.

POLLINIS exige désormais l’adoption immédiate et intégrale des lignes directrices de l’EFSA de 2013, et demande que la lumière soit faite sur les tractations du SCoPAFF. En mai 2019, la Médiatrice européenne a donné raison à notre association qui l’avait saisie pour dénoncer le refus de la Commission de lui octroyer l’accès aux documents indiquant la position des États membres sur les « tests abeilles ». Après avoir demandé deux reports, la Commission devait nous communiquer ces documents avant  le 31 octobre . Mais à ce jour, nous n’avons rien reçu…

encadre_tests_abeilles