Abeilles / Agriculture et Pesticides / Pollinisateurs Sauvages

TRANSPARENCE ET DÉMOCRATIE : POLLINIS DÉNONCE L’OBSTRUCTION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE DANS L’AFFAIRE DES « TESTS ABEILLES »

Date : 5 novembre 2019

À ce jour, la Commission européenne n’a toujours pas communiqué les documents qu’elle devait transmettre à POLLINIS avant le 31 octobre concernant le blocage des « tests abeilles » à Bruxelles.

Les « tests abeilles » sont des protocoles mis au point dès 2013 par l’autorité sanitaire européenne (EFSA) pour pallier les graves et nombreuses lacunes du système d’homologation actuel qui permet que des pesticides homologués déciment les insectes comme les abeilles et les pollinisateurs sauvages. Ces protocoles indispensables sont bloqués depuis six ans par le comité réunissant les représentants de la Commission européenne et des ministères de l’agriculture des États membres, le SCoPAFF, dans l’opacité la plus totale.

POLLINIS, qui dénonce l’influence manifeste de l’industrie agrochimique dans ce dossier, avait saisi la Médiatrice européenne pour protester contre ce manque de transparence et le refus de la Commission de lui octroyer l’accès aux documents concernant les tractations du SCoPAFF, qui présentent pourtant un intérêt public manifeste.

La Médiatrice avait donné raison à l’association en mai 2019, pointant la « mauvaise administration » de la Commission et lui enjoignant à transmettre ces documents avant le 10 août 2019. La Commission a ensuite sollicité deux reports, sans obtempérer.

« Les documents que nous demandons permettraient de déterminer quels pays bloquent l’adoption de nouvelles méthodes d’évaluation des pesticides, et sur quelles bases, explique Nicolas Laarman, Délégué général de POLLINIS. Quand les autorités européennes et les gouvernements refusent de rendre compte de leurs actions aux citoyens qu’ils sont censés représenter, comme c’est le cas ici, alors le processus démocratique est en danger ».

POLLINIS demande l’adoption immédiate et intégrale des « tests abeilles » et poursuit ses démarches auprès de la Commission et du Parlement européen pour que la lumière soit faite sur ce scandale.