Agriculture et Pesticides

28 organisations demandent à Emmanuel Macron une PAC pour sortir des pesticides

Alors que le Président de la République a promis une sortie accélérée des pesticides lors du Congrès mondial de l'UICN, 28 organisations dont POLLINIS lui ont adressé une lettre ouverte pour lui demander de transcrire ses promesses dans la déclinaison française de la nouvelle PAC.

CATÉGORIES :
Date : 15 septembre 2021

Après l’engagement du Président de la République à mener une sortie accélérée des pesticides, dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, 28 organisations lui demandent d’agir concrètement en réorientant la déclinaison française de la nouvelle PAC.

« Le bilan politique des 5 dernières années concernant la biodiversité et notamment les effets des pesticides sur celle-ci nous préoccupe grandement », déclarent les organisations. « En effet, le double rétropédalage sur le glyphosate et les néonicotinoïdes sont des reculs inacceptables dans un contexte d’effondrement sans précédent de la biodiversité sur les 30 dernières années. Près de 80 % de la biomasse des insectes volants a disparu en Europe en moins de 30 ans. En France, un tiers de la population d’oiseaux a disparu des zones rurales au cours des 15 dernières années. Et les pesticides ont une responsabilité majeure dans ce déclin. »

Actuellement en France, « moins de 2 % des financements de la PAC ont un impact avéré sur la réduction de l’emploi des pesticides. Ces financements sont constitués essentiellement des aides à l’agriculture biologique et de certaines mesures agroenvironnementales et climatiques. Dans son rapport « Biodiversité des terres agricoles » (2020), la Cour des Comptes européenne conclut que les mesures des précédentes PAC n’ont pas permis d’enrayer le déclin de la biodiversité. Il nous faut donc éviter de reproduire les erreurs du passé. »

Les organisations demandent donc au Président de revoir le Plan Stratégique NationalPlan élaboré par chaque État membre pour la mise en oeuvre des objectifs de la nouvelle PAC sur son territoire. de la PAC afin de s’assurer que les aides qu’il prévoit, et notamment celles de l’éco-régimeAide au revenu prévue pour rémunérer les services environnementaux rendus par les agriculteurs, rémunèrent les pratiques agricoles en proportion des bénéfices réels pour l’environnement. Les organisations rappellent que « l’heure est aux actes, à la transformation des politiques publiques. Pour le secteur agricole, une politique publique est plus structurante que toutes les autres : c’est la Politique Agricole Commune, qui représente 9 milliards d’euros par an en France, soit 47 % des financements publics aux acteurs agricoles et de l’alimentation. »