Agriculture et Pesticides / Pollinisateurs Sauvages

POLLINIS participe au débat public sur la Politique agricole commune

Un vaste débat public se déroule actuellement en France sur la nouvelle Politique agricole commune (PAC), qui soutient principalement l’agriculture conventionnelle. POLLINIS a proposé des mesures concrètes pour faire de la déclinaison française de la PAC un levier pour la transition écologique et permettre une sortie des pesticides d’ici 2035.

Date : 22 septembre 2020

Le modèle agricole de demain dépendra en grande partie de la future Politique agricole commune (PAC). En cours de révision au niveau européen, la PAC fait l’objet d’un débat national en France, auquel POLLINIS a participé.

Ce débat national est organisé par la Commission nationale du débat public et porte sur la déclinaison française de la future PAC, qui doit être mise en place sur la période de 2021 à 2027.

POLLINIS a versé sa contribution au débat sous la forme d’un « cahier d’acteur ». Ce document regroupe des propositions visant à transformer les pratiques agricoles conventionnelles actuellement soutenues par la PAC et extrêmement nocives pour les pollinisateurs, ouvriers naturels pourtant indispensables à un grand nombre de productions agricoles.

POLLINIS propose de faire de la PAC un outil en faveur de la transition écologique en diminuant progressivement l’utilisation des pesticides jusqu’à leur interdiction totale d’ici à 2035, en encourageant la diversification des cultures, en restaurant la continuité écologique dans les paysages agricoles et en favorisant des aides indexée sur l’emploi agricole plutôt que sur la taille des exploitations.

En reprenant ces propositions dans son Plan stratégique national – la déclinaison française de la PAC – le gouvernement mettrait la France sur la voie de la transition écologique et donnerait aux agriculteurs les moyens réels de sortir du modèle agricole conventionnel, encouragé par l’organisation actuelle des aides de la PAC.

Après le report des débats publics sur le terrain initialement prévus aux mois d’avril, mai et juin, les discussions publiques se sont réouvertes depuis le 11 septembre et se tiendront jusqu’au 31 octobre. Une Assemblée citoyenne sur l’agriculture (APA) se tiendra également du 25 au 27 septembre.