À Bruxelles, POLLINIS teste l’exposition de 30 eurodéputés à 60 pesticides

Pendant deux jours, l'équipe de POLLINIS a parcouru les couloirs du Parlement européen à Bruxelles pour prélever des échantillons de cheveux sur des eurodéputés, des scientifiques et des journalistes. L'analyse en laboratoire permet de tester leur exposition récente à 60 pesticides, dont nombre sont interdits au sein de l'Union européenne en raison de leur toxicité pour la santé humaine et l'environnement. Retour en images.

CATÉGORIES : /
Date : 7 septembre 2022
  • Pollinis au Parlement européen

    Les 15 juin et 16 juin 2022, POLLINIS s’est rendue à Bruxelles pour mobiliser les députés européens contre les substances les plus toxiques pour les abeilles, la biodiversité et la santé humaine, alors que le débat sur la réduction de 50 % de l’usage des pesticides d’ici 2030 va débuter au Parlement européen. 

    1/7

    Photos : ©Ph. Besnard/POLLINIS

  • Pollinis au Parlement européen

    Devant des représentants du Parlement européen, de la Commission européenne et des journalistes, l’équipe de POLLINIS a dénoncé l’impact délétère des fongicides SDHI sur les abeilles et l’environnement. Dans la foulée, l’association a organisé une campagne de test d’exposition aux pesticides auprès des eurodéputés et des journalistes et scientifiques présents. 

    2/7

  • Pollinis au Parlement européen

    En faisant évaluer leur niveau d’exposition à 60 pesticides choisis notamment pour leurs effets toxiques sur la biodiversité et la santé humaine, et dont certains sont interdits depuis des années au sein de l’Union européenne (DDT, transfluthrine, fipronil, permethrine, etc.), POLLINIS compte faire prendre conscience aux représentants européens de la contamination généralisée et persistante de l’environnement. (Ici, l’eurodéputé allemand Malte Gallée – Verts ALE)

    3/7

  • Pollinis au Parlement européen

    Armées de ciseaux et d’une balance de précision, les scientifiques de POLLINIS ont récolté minutieusement les mèches de cheveux ou les poils des 44 participants à l’étude. Les échantillons prélevés seront ensuite envoyés pour analyse dans un laboratoire spécialisé et indépendant. (Ici, l’eurodéputée allemande Manuela Ripa – Verts ALE)

    4/7

  • Pollinis au Parlement européen

    Cette méthode de test permet une évaluation rigoureuse de l’exposition d’un individu aux pesticides. Les concentrations détectées dans les échantillons capillaires lors de l’analyse en laboratoire peuvent être directement reliées au niveau d’exposition, car les cheveux sont irrigués à la racine par des vaisseaux sanguins et incorporent les polluants auxquels le corps est exposé. (Ici, l’eurodéputé espagnol Ernest Urtasun – Verts ALE)

    5/7

  • IMG_20220614_161352

    50 milligrammes de cheveux suffisent à révéler la présence de pesticides. Les échantillons sont ensuite enveloppés dans une feuille d’aluminium et immédiatement envoyés à un laboratoire indépendant qui procèdera à l’analyse. Les résultats seront publiés prochainement sur le site de POLLINIS.

    6/7

  • Pollinis au Parlement européen

    Cette campagne inédite d’information et de mobilisation, exclusivement financée par nos donateurs, a connu un premier succès : une trentaine d’eurodéputés se sont publiquement engagés à nos côtés dans la lutte contre les pesticides SDHI. (Ici, l’eurodéputé portugais Francisco Guerreiro – Verts ALE)

    7/7


Cet article vous a intéressé ? Pour aider POLLINIS dans son combat contre les pesticides, vous pouvez :

RESTER INFORMÉ ET PARTICIPER À NOS ACTIONS SUR CE THÈME

SIGNER LA PÉTITION