Abeilles / Agriculture et Pesticides / Pollinisateurs Sauvages

Initiative européenne sur les pollinisateurs : POLLINIS mobilise ses sympathisants

Plus de 7 000 commentaires ont été envoyés à la consultation publique pour la révision de l’initiative de l’Union européenne sur les pollinisateurs, notamment par les sympathisants de POLLINIS. Avec cette participation massive, l'ONG entend appuyer sa demande d'une protection réelle des pollinisateurs face aux pesticides dans ce plan européen.

CATÉGORIES :
Date : 22 juin 2022

Alors que POLLINIS avait invité ses sympathisants à participer à la consultation publique pour l’initiative de l’Union européenne sur les pollinisateurs qui se terminait le 9 juin, plus de 7 000 commentaires ont été envoyé sur le site dédié – un chiffre important pour ce type de consultation.

Avec cette action, POLLINIS entend faire pression pour améliorer ce plan européen lacunaire, et appuyer la demande d’une protection plus ambitieuse des pollinisateurs face aux pesticides qui les déciment.

Lancée en 2018, cette initiative de l’Union européenne devait être une réponse au « grave déclin des insectes pollinisateurs en Europe ». Elle a en réalité manqué sa cible, comme le souligne un rapport publié le 9 juillet 2020 par la Cour des comptes européenne. L’institution chargée d’évaluer les politiques communautaires avait jugé que les mesures de protection des pollinisateurs sauvages prises au niveau européen « n’avaient pas porté leurs fruits ».

Dans son rapport de 2021 sur la mise en œuvre de ce plan, la Commission avait elle-même admis « que des efforts sont encore nécessaires », quand « une espèce d’abeilles et de papillons sur dix est en voie d’extinction en Europe, et un tiers de ces espèces sont en déclin.» .

Cette année, la Commission européenne doit engager un processus de révision de l’initiative afin d’atteindre l’objectif du pacte vert pour l’Europe, qui prévoit d’inverser le déclin des insectes pollinisateurs d’ici à 2030. Cependant, le plan d’action reste largement insuffisant sur le volet des pesticides, une cause pourtant majeure du déclin de ces insectes.

Grâce à la mobilisation citoyenne, POLLINIS entend faire pression pour demander l’inclusion d’une mesure essentielle pour empêcher la mise sur le marché de pesticides toxiques pour les pollinisateurs : l’adoption d’objectifs de protection ambitieux des pollinisateurs face aux pesticides, dans le cadre des « tests abeilles ». Ces tests sont menés pour détecter la toxicité d’une substance sur les abeilles, et prochainement sur les bourdons et les abeilles sauvages, lors du processus d’homologation d’un pesticide.

Ils sont assortis de « taux de mortalité considérés comme acceptables » pour chaque espèce testée, des taux qui sont choisis par les États membres. Au-delà de ces seuils, un pesticide pourrait être considéré comme trop toxique pour les pollinisateurs et écarté du marché. Or, la refonte en cours de ces « tests abeilles », qui doit aboutir prochainement, risque de n’octroyer qu’une protection insuffisante aux pollinisateurs.

À l’heure actuelle, les discussions entre les États membres portent sur un taux peu protecteur de 10 % de mortalité acceptée pour les bourdons, voire même sur l’absence de fixation de seuils pour les abeilles solitaires, pourtant plus vulnérables aux pesticides que les abeilles mellifères. POLLINIS s’est mobilisée avec d’autres ONG pour demander que soit instauré un objectif spécifique de protection de 3 % pour ces abeilles sauvages. Une protection ambitieuse qui devrait être au cœur de l’initiative européenne pour les pollinisateurs, et permettrait d’enrayer efficacement le déclin de ces insectes.

Lors de la consultation publique, POLLINIS a également envoyé  un avis détaillé listant les mesure essentielles qui devraient être prises pour renforcer le plan. La révision de l’initiative doit s’achever fin 2022.


Cet article vous a intéressé ?

Pour soutenir l’action de POLLINIS en faveur de la révision des tests abeilles, vous pouvez :

FAIRE UN DON

RESTER INFORMÉ ET PARTICIPER À NOS ACTIONS