Abeilles / Agriculture et Pesticides / Pollinisateurs Sauvages

LA COMMISSION EUROPÉENNE CHOISIT L’OPACITÉ DANS L’AFFAIRE DES « TESTS ABEILLES »

Date : 12 novembre 2019

Malgré les injonctions de la Médiatrice européenne, la Commission européenne refuse de communiquer à POLLINIS des documents qui permettraient de déterminer quels pays européens bloquent depuis six ans l’adoption de nouvelles méthodes d’évaluation des pesticides, et sur quelles bases.

POLLINIS, qui dénonce l’influence manifeste de l’industrie agrochimique dans ce dossier, avait saisi la Médiatrice européenne fin 2018 alors que la Commission refusait de lui transmettre ces documents qui concernent les tractations au sein du SCoPAFF. Ce comité, qui réunit les représentants des États membres, empêche l’adoption des « tests abeilles », des protocoles mis au point dès 2013 par l’autorité sanitaire européenne (EFSA) qui permettraient de connaître la toxicité réelle des pesticides sur les pollinisateurs avant leur mise sur le marché.
La Médiatrice avait donné raison à POLLINIS en mai dernier, pointant la « mauvaise administration » de la Commission et le droit des citoyens à connaître les positions de leurs gouvernements. Après avoir demandé deux reports, la Commission refuse donc d’obtempérer, souhaitant protéger « les processus décisionnels ».

« Quand les autorités européennes et les gouvernements refusent de rendre compte de leurs actions aux citoyens qu’ils sont censés représenter, comme c’est le cas ici, alors le processus démocratique est en danger, constate Nicolas Laarman, délégué général de POLLINIS. Nous allons poursuivre nos démarches auprès de la Commission et du Parlement européen pour que la lumière soit faite sur ce scandale ».