Abeilles / Agriculture et Pesticides / Pollinisateurs Sauvages

Lettre de 17 organisations au ministre de l’agriculture contre les néonicotinoïdes

17 organisations dont POLLINIS interpellent le ministre de l’Agriculture pour lui demander de renoncer à la dérogation sur les néonicotinoïdes, réclamée par les producteurs de betterave. Cette dérogation constitue un recul important du gouvernement. L’ANSES a d'ailleurs admis en 2018 qu’il existait des alternatives.

CATÉGORIES :
Date : 17 août 2020

Objet : Nos organisations vous demandent de ne pas déroger à l’interdiction des néonicotinoïdes !

Monsieur le Ministre,

Mercredi 5 août vous avez annoncé votre volonté d’accorder des dérogations permettant d’utiliser des insecticides néonicotinoïdes en enrobage de semences sur la culture de la betterave. Votre ministère préparerait une modification législative cet automne pour permettre explicitement – pour la campagne 2021 et le cas échéant les deux campagnes suivantes tout au plus – le recours à l’article 53 du règlement européen n°1107/2009 pour pouvoir prendre au moment des semis une dérogation de 120 jours pour les semences enrobées.

Nos organisations sont scandalisées par cette décision ministérielle qui constitue un recul important du gouvernement sur la question de ces insecticides. Cette décision est d’autant plus inacceptable que l’ANSES admettait dans un avis sur les néonicotinoïdes de 2018 qu’il n’y avait pas d’impasse technique pour cette culture.

De la même manière, pour tenter de justifier cette position, le gouvernement par la voie de la ministre de l’Écologie ainsi que la présidente de la FNSEA, expliquent que la culture de la betterave étant récoltée avant floraison, cette dernière n’attirait pas les pollinisateurs et l’usage des néonicotinoïdes en enrobage de semence sur cette culture serait donc sans conséquence sur les abeilles (…).