Abeilles / Pollinisateurs Sauvages

Festival de Groix : un appel unanime pour la protection des pollinisateurs de l’Île

Date : 11 juillet 2022

En clôture du premier Festival des abeilles et des pollinisateurs de l’île de Groix organisé par POLLINIS, scientifiques et représentants politiques du Morbihan ont appelé le 9 juillet à la mise en place d’une protection juridique forte des abeilles et des pollinisateurs de l’île. Grâce à la mobilisation des citoyens et de l’ensemble des acteurs, la protection de l’île devrait être renforcée rapidement.

À l’invitation de POLLINIS, le maire de Groix Dominique Yvon, le sénateur du Morbihan Joël Labbé, la députée de la 5ème circonscription du Morbihan Lysiane Métayer se sont rendus à Groix pour appeler à la mise en œuvre urgente de mesures fortes de protection des pollinisateurs de l’île. Également présent, Benoît Geslin, Maître de conférence à l’Institut méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie Marine et Continentale (IMBE) a soutenu cette demande au nom d’une vingtaine de scientifiques de renommée internationale signataires de l’Appel des scientifiques au gouvernement français pour la protection des pollinisateurs de Groix.

Cet environnement naturel particulièrement propice aux abeilles mellifères et pollinisateurs sauvages est aujourd’hui protégé par le biais d’un arrêté municipal visant à contrôler l’introduction de ruches et d’abeilles sur l’île. Mais cet arrêté n’est pas suffisamment protecteur ni assez dissuasif pour garantir la protection effective des pollinisateurs de Groix. « La protection des colonies d’abeilles noires de Groix doit être renforcée par la mise en place d’un cadre réglementaire fort assorti de moyens de police de l’environnement, efficaces. En complément de l’arrêté municipal de 2008, je vais donc saisir l’État pour mettre en place un arrêté préfectoral interdisant l’introduction d’abeilles exogènes sur l’île » a déclaré la députée du Morbihan Lysiane Métayer.

Véritable refuge pour les pollinisateurs et les abeilles, l’île de Groix abrite notamment les populations d’abeilles mellifères endémiques (Apis mellifera mellifera) au patrimoine génétique le plus préservé de l’hybridation, ainsi qu’une grande diversité de pollinisateurs sauvages. Ces populations d’abeilles mellifères parviennent notamment à coexister avec le Varroa destructor sans intervention humaine et sans traitement chimique, alors que cet acarien décime les colonies d’abeilles mellifères partout ailleurs. Une telle cohabitation n’a été observée que dans de très rares endroits dans le monde et fait des abeilles locales de Groix un exemple à protéger.

« L’île de Groix abrite aussi une diversité exceptionnelle d’abeilles sauvages qu’il nous faut protéger. Une étude menée actuellement par l’écologue Violette Le Féon a déjà permis d’inventorier plus de 80 espèces sur ce territoire de seulement 15km2 , qui concentre donc à lui seul une vaste partie des 275 espèces connues sur l’ensemble du Massif armoricain », détaille Benoît Geslin.

Afin de protéger ce patrimoine inestimable, POLLINIS et l’Association de Sauvegarde de l’Abeille Noire de Groix (ASAN.GX ) ont présenté leur pétition demandant la protection juridique de l’île de Groix et de ses pollinisateurs, qui compte aujourd’hui plus de 80 000 signatures. « POLLINIS mène depuis 2019 plusieurs recherches scientifiques de terrain sur Groix afin de documenter les particularités de cette île refuge pour les pollinisateurs et les abeilles mellifères. Il est indispensable de protéger ce patrimoine inestimable pour la science et les générations futures, comme le demandent les plus de 80 000 signataires de notre pétition » rappelle Nicolas Laarman, délégué général de POLLINIS.

Entre le 7 et 9 juillet, un Festival des pollinisateurs et des abeilles de Groix a mis à l’honneur les spécificités de Groix au travers d’ateliers participatifs, de visites et d’une exposition photo sur les abeilles sauvages, et a hébergé une vingtaine de conférences scientifiques rassemblant pour la première fois de nombreux scientifiques internationaux sur l’île de Groix.