Abeilles

Suivre les abeilles mellifères sauvages dans deux parcs nationaux français

Dans une étude inédite sur les colonies d’abeilles mellifères sauvages, une équipe de scientifiques mandatée par POLLINIS dresse un état des lieux de ces pollinisateurs sauvages méconnus dans le Parc national de la Vanoise et le Parc national de forêts. Ce projet vise à mieux connaître les abeilles à miel dans leur habitat naturel, les conditions dans lesquelles elles peuvent survivre et les types d’environnements qui leur sont favorables.

CATÉGORIES :
Date : 24 février 2022

Suivre les abeilles mellifères sauvages dans le Parc national de la Vanoise et le Parc national de forêts.


Cette recherche a été initiée par POLLINIS qui la finance intégralement.

Si les abeilles mellifères domestiques sont largement étudiées par les scientifiques, leurs congénères vivant à l’état sauvage sont les grandes oubliées de la recherche. En France, il n’existe à ce jour qu’un seul inventaire – lacunaire – des colonies d’abeilles sauvages mené en 1978. Pourtant, des colonies nichant dans des troncs d’arbres, des anfractuosités, des interstices, évoluent à l’abri des regards au plus près du mode de vie naturel des abeilles, loin de toute intervention humaine.

POLLINIS a mandaté d’éminents entomologistes spécialistes des abeilles afin d’étudier et de mieux connaître ces remarquables populations d’Apis mellifera sauvages présentes dans le Parc national de la Vanoise (Savoie) et dans le Parc national de forêts (Grand-Est/Bourgogne-Franche Comté). À partir de 2021 et pendant trois ans, ces chercheurs suivront les colonies sauvages d’abeilles mellifères dans ces zones protégées afin de mieux connaître leurs populations, leur état de santé, leurs dynamiques et les défis auxquels elles font face.

Cette étude est menée par Fabrice Requier, chercheur au sein du laboratoire UMR EGCE de l’Université de Poitiers, en France, qui travaille sur les questions liées à l’agroécologie et l’écologie des pollinisateurs, ainsi que par Jeff Pettis, biologiste et entomologiste américain spécialiste du comportement des abeilles depuis près de trente ans. Il a apporté une contribution majeure à la compréhension du phénomène de l’effondrement des colonies d’abeilles et s’intéresse particulièrement à l’interaction hôte-parasite entre les abeilles et l’acarien Varroa destructor. Il est actuellement président d’Apimondia, la Fédération Internationale des Associations d’Apiculteurs.


Cet article vous a intéressé ?

DÉCOUVRIR CE PROJET

Pour aider POLLINIS à financer des études scientifiques indispensables à l’amélioration des connaissances sur les pollinisateurs, vous pouvez :

FAIRE UN DON

RESTER INFORMÉ ET PARTICIPER À NOS ACTIONS SUR CE THÈME