NOUVEAUX OGM : MENACES IMMINENTES SUR LA BIODIVERSITÉ

Le contexte

Trente ans après l’émergence des premiers organismes génétiquement modifiés (OGM) en agriculture, les firmes de l’agrochimie développent à présent des plantes et des semences modifiées par le biais des nouvelles techniques génomiques (NGT, en anglais) dont, notamment, les « ciseaux moléculaires » Crispr-Cas9. Contrairement aux OGM traditionnels qui dépendaient principalement de la transgénèse (introduction d’un gène d’une autre espèce), ces nouveaux procédés permettent d’éditer directement le génome d’un organisme.

Si l’Europe s’est longtemps tenue à l’écart des cultures génétiquement modifiées, ces « nouveaux OGM » pourraient prochainement conquérir les champs du continent. La Commission européenne a en effet élaboré, dès 2020, un plan de dérégulation des organismes issus des NGT. Aboutissement de ce travail : sa proposition de réglementation, présentée le 5 juillet 2023, qui exonère la grande majorité de ces nouvelles plantes génétiquement modifiées de toute obligation d’évaluation des risques, d’étiquetage et de traçabilité.

Lire la suite
Le problème

La proposition de la Commission, si elle venait à être adoptée, permettrait la mise sur le marché d’un grand nombre de plantes génétiquement modifiées sans évaluation des risques, ni traçabilité ou étiquetage. Présentées comme des solutions miracles face au changement climatique, les plantes issues de NGT ne semblent pourtant pas au rendez-vous de leurs promesses et soulèvent plusieurs inquiétudes.

Une récente étude de l’Agence fédérale allemande de conservation de la nature1  évoque ainsi  différents impacts potentiels de ces plantes sur les écosystèmes. Elle indique par exemple que développer des plantes résistantes à différents facteurs de stress (maladies, ravageurs, sécheresse…) pourrait également les rendre invasives, ou qu’améliorer certains traits esthétiques des fruits ou légumes, comme en empêcher le brunissement, pourrait en contrepartie affaiblir leur résistance à des pathogènes. Dans ce dernier cas, cela pourrait entraîner indirectement l’augmentation de la quantité de pesticides à utiliser pour pallier ces faiblesses. Le projet de la Commission ne cherche pas, à cet égard, à combler le manque de connaissances sur les risques environnementaux des nouveaux OGM.

Lire la suite
Les solutions

Face aux risques que ces nouveaux OGM font peser sur les écosystèmes, et afin d’éviter une contamination génétique qui signerait la fin de l’agriculture sans OGM (dont la filière biologique) en Europe, POLLINIS appelle au rejet de la proposition de règlement de la Commission. En 2020, l’association a lancé à cet effet une vaste campagne de mobilisation aux côtés de 26 organisations européennes partenaires, dont l’antenne européenne des Amis de la Terre, Corporate Europe Observatory ou encore Slow Food Europe. 

En février 2023, POLLINIS s’est ainsi rendue à Matignon pour remettre, aux côtés de la Confédération paysanne, d’Agir pour l’Environnement et du collectif « Objectif Zéro OGM », une pétition – rassemblant aujourd’hui plus de 500 000 signataires – aux représentants de la Première ministre Elisabeth Borne. Quelques jours plus tard, l’association se rendait à Bruxelles pour la remettre également à des représentants de la Commission européenne.

Les associations ont aussi alerté, aux côtés de 40 000 citoyens français, le ministre de la Transition Écologique Christophe Béchu pour lui demander de s’impliquer dans le processus législatif et de s’assurer que les enjeux environnementaux y soient réellement pris en compte.

Lire la suite

à la une

Toutes nos Actus sur ce thème
6 février 2024

A la veille du vote par le Parlement européen du projet de dérégulation des nouveaux OGM, plusieurs organisations dont la Confédération Paysanne, Greenpeace et POLLINIS se sont rassemblées devant l’hémicycle de Strasbourg pour alerter les eurodéputés des dangers de cette réglementation.

25 janvier 2024

Le député Stéphane Delautrette a annoncé le dépôt d’une proposition de résolution européenne (PPRE) pour positionner l’Assemblée nationale contre la dérégulation des nouveaux OGM lors d’un colloque co-organisé par POLLINIS.

6 décembre 2023

POLLINIS et les représentants de 12 autres organisations agricoles et environnementales ayant interpellé le président de la République et la Première ministre dans une lettre sont reçus à Matignon. Elles ont fait part des risques liés au projet de règlement européen sur les nouvelles techniques génomiques (NTG)

3 novembre 2023

POLLINIS participe à la consultation publique de la Commission européenne. Sa contribution dénonce un mépris total du principe de précaution quant aux potentiels risques associés à ces nouveaux produits, la fin du droit à l’information et de la liberté de choix des consommateurs, ainsi que la mise en danger des modèles agricoles respectueux du vivant.

18 octobre 2023

POLLINIS interpelle le ministre de l’Agriculture, dans une lettre co-signée par 10 autres organisations dont Greenpeace et Générations Futures. Elles demandent au gouvernement de se positionner contre le projet de réglementation de la Commission européenne.

7 février 2023

POLLINIS a remis une pétition signée par plus de 420 000 citoyens opposés à la dérégulation des nouveaux OGM au cabinet d’Elisabeth Borne ainsi qu’à des représentants de la Commission européenne.

9 décembre 2022

A l’initiative de POLLINIS, plus de 100 scientifiques, experts et organisations du monde entier lancent un appel contre la diffusion de biotechnologies génétiques dangereuses pour les pollinisateurs.

10 octobre 2022

POLLINIS et 37 autres organisations demandent à la Commission européenne de reprendre le processus d’évaluation de la réglementation européenne concernant la mise sur le marché des OGM , qui a jusqu’ici relayé les arguments de l’agrochimie.

22 juillet 2022

POLLINIS participe à la consultation publique de la Commission européenne sur le future cadre européen applicable aux plantes OGM.

4 avril 2022

POLLINIS lance une pétition aux côtés de 26 organisations contre l’autorisation des nouveaux OGM en Europe.

11 février 2022

POLLINIS, aux côtés de plus de 80 organisations réclame à la Commission européenne une suspension de l’initiative de réforme de la législation européenne sur les OGM.

22 octobre 2021

POLLINIS participe à l’appel à contribution de la Commission européenne sur les nouvelles techniques génomiques. L’association met en garde contre l’assouplissement des règles envisagé par Bruxelles.

31 mars 2021

Inquiètes du lobbying des biotechnologies, 162 organisations dont POLLINIS demandent dans une lettre à la Commission européenne le maintien de l’encadrement strict des nouvelles générations d’organismes génétiquement modifiés.

12 mai 2021

POLLINIS et douze organisations réclament la plus grande prudence quant à l’utilisation des nouvelles techniques de manipulation génétique du vivant, dans le cadre d’une consultation de la Commission européenne.